doulas, doula, femme enceinte, accompagnement femme enceinte

La doula : un recours alternatif
pour se préparer à la naissance

Gynécologue, anesthésiste, obstétricien, puis pédiatre : ce sont les interlocuteurs de la plupart des mères occidentales durant les périodes avant, pendant et après la naissance de leur enfant. Pour celles qui voudraient faire un pas de côté et adopter une approche différente du discours médical plutôt focalisé sur la technique, un appui précieux est à chercher du côté… des doulas

Qui sont-elles ? Pourquoi faire appel à elles pendant la période qui entoure la naissance d’un enfant ?
On vous propose un petit tour d’horizon de ces doulas trop peu connues.

Qui sont-elles ?

Une doula a vocation à accompagner une femme et son entourage pendant la période périnatale. Elle offre une écoute attentive, un conseil continu et soutient la femme dans ses choix. Le mot « doula » vient du grec « servante ». Mais quel service plus haut que de servir la vie qui arrive et bouleverse sur son passage le corps et le cœur d’une femme ! 

Car parler d’une naissance qui arrive, ce n’est pas seulement évoquer le tonus de votre utérus ou le poids de votre bébé. Ce sont mille questions intimes qui surgissent et déstabilisent : une grossesse, puis une naissance, c’est d’abord un saut dans l’inconnu. Comment passer de couple à famille ? Comment accepter l’irrémédiable changement de sa personnalité, donc la prise de conscience de sa propre discontinuité intérieure ? Comment acquiescer à la perte de son ancien moi pour accéder à la vie nouvelle de la maternité ? Que faire de la douleur de la mise au monde ? Comment assumer cette responsabilité immense de donner la vie, avec le risque de donner la mort ? 

Peu de femmes ont le courage de témoigner sur ce versant intime, éprouvant parfois de la naissance. Il faut dire que d’une part le déni de la mort, d’autre part le culte des experts (amenant une fragmentation des savoirs) qui ont cours dans nos sociétés modernes nous empêchent

d’aborder la périnatalité comme une expérience humaine totale, avec ses contradictions, ses dissonances. Les discours dominants sur la maternité sont à la fois médicalisés et édulcorés : ou vous êtes un corps qu’on examine, ou une « maman » idéale qu’on félicite. Rarement une mère en devenir. Il peut être difficile de parler à cœur ouvert de son vécu de femme enceinte, de parturiente, de jeune parent. 

Justement, la doula se met à l’écoute de ces questions intimes, de l’histoire personnelle des femmes qu’elle accompagne. Elle aide aussi sur le plan pratique, grâce à ses connaissances en physiologie, en allaitement, en portage et en maternage. Elle peut également aider à se positionner par rapport aux autres enfants de la fratrie, donner un coup de pouce dans les tâches ménagères les premiers jours… 

Enfin, la doula crée du lien autour de celle qu’elle accompagne : elle peut conseiller tel professionnel de santé, proposer un nouveau vocabulaire, informer sur telle alternative (livres, maisons de naissance, possibilité d’accouchement non médicalisé), inviter à rejoindre une association, un cercle de parents… Certaines doulas peuvent proposer en plus des soins rebozo, ou des ateliers collectifs, ou encore des séances destinées aux conjoints et pères.

"La doula propose une écoute, un soutien moral et une présence essentielle, qui peut aider certaines femmes à vivre pleinement l’arrivée de leur enfant, et à se préparer elles-mêmes à lui donner cette attention - qui est l’autre nom de l’amour."

Doulas et corps médical

Comme toute profession non réglementée, le statut de doula peut interroger. Se substitue-t-elle au médecin ou à la sage-femme ? La réponse est clairement non : la doula se positionne comme complémentaire à l’approche médicale. En effet, une doula ne pratique pas d’examen médical et ne délivre aucune ordonnance. Elle peut soutenir une femme en étant présente à son accouchement, mais pas remplacer la sage-femme apte à pratiquer un acte médical si besoin. 

Mais indirectement, son rôle d’écoute et de soutien permet de réduire les difficultés psychologiques, le taux de recours aux médicaments et à la chirurgie lors de l’accouchement et les problèmes de lien mère-enfant dans les premiers mois du bébé.

"Une doula ne pratique pas d’examen médical et ne délivre aucune ordonnance. Elle peut soutenir une femme en étant présente à son accouchement, mais pas remplacer la sage-femme apte à pratiquer un acte médical si besoin."

Tenté(e)s par la rencontre ?

L’expérience vous tente ? Voici quelques précisions pratiques pour vous guider. 

La profession de doula est libre, mais sachez que l’association Doulas de France recense des doulas ayant suivi au minimum 144 heures de formation et adhérant à une charte quant au positionnement et à l’éthique de l’accompagnement.

Combien coûtent les services d’une doula ? On peut avoir une tarification à la séance (comptez entre 40 et 70 euros) ou au forfait (entre 300 et 1 000 euros, très variable selon la présence ou non de la doula à l’accouchement, et sa disponibilité souhaitée le temps du suivi). 

Les services d’une doula n’entrent pas dans le cadre des séances de « préparation à l’accouchement » remboursées par la Sécurité sociale. Cependant, le rôle d’une doula relève des services à la personne : il est donc possible de les rémunérer en Chèques Emploi Service. 

Conclusion

La doula est une accompagnante non médicale qui suit une femme et son entourage dans cette période si intense de la grossesse, de l’accouchement, puis de la rencontre avec son enfant. 

Elle propose une écoute, un soutien moral et une présence essentielle, qui peut aider certaines femmes à vivre pleinement l’arrivée de leur enfant, et à se préparer elles-mêmes à lui donner cette attention – qui est l’autre nom de l’amour.

Texte rédigé par Lucile Gobet-Desjardins. Retrouvez d’autres articles sur notre blog.

Partagez cet article :

Vous souhaitez suivre les aventures de Coogli et savoir comment avance le projet ?
Laissez nous votre mail et nous vous donnerons des nouvelles très vite !